Rechercher
  • isabellecharles583

Vivre le changement ! De l'intention à l'action !

Mis à jour : mai 26

« La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur ! »

Jacques Salomé.



Au commencement, je construis mon territoire, j’identifie mes repères.


A chaque situation à laquelle nous faisons face, répondent plusieurs solutions. Nous en choisissons une et nous la mettons en place. Nous agissons ainsi parfois de manière automatique. J’ai soif, je bois. Je suis fatigué, je me repose. Nous faisons appel à notre expérience.

Dans certains cas, nous réfléchissons. Nous pesons le pour et le contre en fonction de notre contexte, de notre culture et de notre éducation. Dans d’autres cas, notre inconscient nous donne la solution. Les travaux de Milton Erikson ont mis en évidence le pouvoir de cette part de ressources qui est en nous.

Dans une entreprise, c’est la même chose, les rôles, les activités, les flux, les processus s’organisent dans un tout où chacun est un élément.


Peu à peu, je m’installe dans mon territoire, dans ma famille et dans la société, comme dans une zone de confort relatif.

Chacun des collaborateurs prend ses marques dans l’entreprise, acquiert un savoir-faire, développe des compétences qui sont nourries en amont et qui nourrissent en aval.


Le changement vient perturber cet équilibre. L’approche systémique incite à restaurer la place de chacun dans un ensemble et à y construire de nouveaux repères.



Frédérique Lemoine http://coachingsavoie.com/blog/


Comment s’y prendre, pas à pas.

La courbe du changement permet de comprendre et d’accepter le cheminement des anciens repères vers de nouveaux.

La courbe d’Elisabeth Kubler-Ross*, d’abord utilisée pour traduire l’itinéraire du deuil, a été adaptée à tous les changements que peut vivre chacun d’entre nous : le déni, la colère, la négociation, la dépression et, enfin, l’acceptation.

Cette courbe, librement inspirée peut être illustrée de la façon suivante :


A chaque étape correspond un comportement :

1. Déni : je refuse de voir, d’entendre, d’intégrer une information, un fait dans mon environnement habituel ;

2. Colère : je suis irrité, indigné par ce que je perçois de cette information, de ce fait dans mon environnement habituel ;

3. Négociation/Marchandage : je fais un échange de vue, une tractation avec moi-même voire avec les personnes de mon environnement ;

4. Dépression / Peur / Tristesse : je suis dans « la rivière des larmes », je pleure car je sens, je sais ce que j’ai perdu.

5. Acceptation : je rebondis et j’accueille les choses telles qu’elles sont, telles qu’elles se présentent. Je me mets en action et suis en capacité de commenter, de présenter des alternatives, de négocier certaines modalités, d’identifier des possibilités.


De nouveaux repères construisent un renouveau et une source de motivation potentielle, pour moi, avec et pour les autres.


Dans l’entreprise, le changement est une trajectoire qui un mouvement, souhaité ou imposé. Le paradigme a besoin d’évoluer. Du diagnostic à l’exploration de différentes alternatives pour mettre en place un nouvel ensemble, le cheminement suit la courbe du changement :

1. Déni : il se traduit par l’annonce du futur, souvent lors d’une réunion « institutionnelle », information relayés par différents médias et supports internes/externes

2. Colère : chacun intériorise ou exprime son étonnement de différentes manières. Un des leviers pour « amortir » les effets est de proposer des échanges en petits groupes ou individualisés

3. Négociation/Marchandage : mener de front des événements collectifs et individuels pour répondre aux questions et permettre à chacun de se projeter

4. Dépression / Peur / Tristesse : adapter les accompagnements et poursuivre le cheminement

Acceptation : rendre acteur et solliciter pour participer et explorer le champ des possibles ; rendre visible, au travers d’un pilotage, les engagements et les résultats des étapes intermédiaires jusqu’au final.

La synergie du groupe se nourrit des transformations individuelles et inversement. C’est pourquoi il paraît utile et essentiel de croiser régulièrement les approches particulières et collectives, à toutes les étapes du processus de deuil. L’effet catalyseur renforce la dynamique pour aller d’une situation existante vers une situation désirée.


Expérimentez ces approches et tirez en vos leçons !


2 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now